Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > International > Syrie-Irak-Peuple kurde > Syrie : un régime de plus en plus tribal, sectaire, capitaliste

Syrie : un régime de plus en plus tribal, sectaire, capitaliste

Crédit Photo :
Par Kremlin.ru, CC BY 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=69213711

Extraits d’une entrevue avec Joseph Daher, Jacobin, 3 août 2019, publiés par la Plateforme Altermondialiste.

En septembre 2011, un militant de la gauche syrienne, Yassin al-Haj Salah, a averti que la révolution entrait dans « une situation tragique, prédisposée à la destruction ». Les premières manifestations pacifiques du printemps avaient été durement réprimées par la dictature de Bachar al-Assad et ont débouché au cours de l’été sur un soulèvement armé. Huit ans plus tard, c’est aujourd’hui le régime d’Assad qui a prévalu. Malgré la durée de la guerre et les catastrophes qu’elle a provoquées, les forces fondamentales du conflit restent mal comprises, même à gauche. Les protagonistes sont souvent perçus selon les termes « sunnites contre chiites » ou « islamistes contre laïcs ». On met ainsi de côté la dynamique de classe qui a façonné l’État et la société syriens avant même le conflit de 2011. Comprendre ces éléments sociaux du conflit est tout aussi important aujourd’hui si nous voulons comprendre la stratégie du régime Assad pour la « nouvelle Syrie » et ses liens avec les plans de ses alliés russes et syriens. Cette entrevue avec Joseph Daher vise à rappeler ces éléments.

Gilbert Achcar utilise le mot « patrimonial » pour décrire les pays du monde arabophone dans lesquels des groupes de familles « possèdent » l’État : le Maroc, l’Arabie saoudite et les autres États du Golfe. Dans le même temps, il décrit des pays comme l’Égypte et la Tunisie comme « néo-patrimoniaux », des pays dans lesquels la parenté, la propriété du capital et le contrôle de l’État se chevauchent. Vous avez mis la Syrie dans ce premier groupe – pourquoi ?

L’utilisation par Achcar de patrimonial et de néo-patrimonial était très utile. Par « patrimonial », j’entends un État entièrement privatisé, au sein d’une famille et de ses propres réseaux. Cela rendait le renversement de l’État beaucoup plus difficile que dans les régimes « néo-patrimoniaux » que vous mentionnez, où les sections clés du pouvoir d’État ont pu supprimer Ben Ali et Moubarak tout en maintenant la forme de base du pouvoir. Au Soudan et en Algérie – où de grands soulèvements surviennent aujourd’hui -, des processus de néo-patrimonialisme ont eu lieu, même si le vrai pouvoir est détenu par les couches les plus élevées de l’armée. Cela n’a pas atteint le niveau de la Syrie, où le pouvoir bureaucratique, militaire et financier est entièrement entre les mains d’une famille et de son réseau plus large.

Compte tenu de cette continuité, pourriez-vous expliquer le changement que vous voyez, de la politique d’État « corporatiste » à la politique « néolibérale » ?

Bachar al-Assad est devenu président en 2000 et les organisations corporatistes – le parti Baath, les réseaux de paysans et la Fédération générale des syndicats – se sont affaiblies. Ces réseaux n’ont jamais été conçus pour autonomiser les paysans ou les ouvriers, mais plutôt des organes de contrôle et de clientélisme. Pourtant, ils ont été moins utilisés après 2000. On a oublié que, lorsque Hafez al-Assad [le père de Bashar] est arrivé au pouvoir contre l’aile radicale du parti Baath (en 1971), il devait choisir : anéantir les institutions existantes ou les utiliser. Les premières personnes qu’il réprima furent des baathistes et d’autres militants de gauche extérieurs au parti. Il a conservé les institutions en tant que réseaux de contrôle, tout en recherchant une collaboration avec des couches de la bourgeoisie, notamment à Damas. Mais au milieu des années 1970 à la fin, vous avez commencé à voir une « ouverture » (infitah) au capital, qui s’est élargie dans les années 1980 avec la crise financière. Avec Bachar, vous avez eu une accélération de cette voie vers les banques étrangères et les investissements étrangers. Ce changement a entraîné un affaiblissement des liens du régime avec sa base sociale historique – à savoir la paysannerie et les ouvriers de la classe moyenne, en particulier dans le secteur public – et le passage à une politique qui s’appuie sur la haute bourgeoisie urbaine et des couches de la bourgeoisie. Bachar n’était pas comme son père ; il a grandi à Damas, parmi les couches les plus riches de la société, et a fait ses études en Grande-Bretagne. Et dans les années 2000, il y avait une nouvelle génération de technocrates, adoptant des politiques néolibérales classiques, disant : « C’est la solution pour la Syrie ».

Si la dépendance du régime à l’égard des institutions populaires diminuait au cours des années 2000, les classes populaires pourraient-elles créer des institutions autonomes permettant de s’exprimer politiquement et d’exiger des revendications ?

Dans les années 2000, il y avait plus de 170 clubs de débats en Syrie, dont certains étaient davantage axés sur les droits démocratiques nationaux – ceux des Kurdes, des Assyriens, etc. – et parfois sur d’autres sujets tels que l’économie et l’État. Il y avait aussi des groupes de gauche. À Damas, il y avait de petits clubs de gens à gauche – un groupe inspiré d’Attac, par exemple. La plupart des clubs de discussion ont été fermés de force après seulement un an. Il y avait aussi des étudiants qui essayaient de s’organiser indépendamment du principal syndicat d’étudiants, en particulier autour de l’Intifada palestinienne en 2003. Ils étaient réprimés par le régime, car ils étaient perçus comme une menace pouvant devenir plus radicale. Chaque fois que les travailleurs ont essayé d’organiser ou de s’opposer aux politiques de libéralisation, ils ont été soit réprimés, soit cooptés par la Fédération générale des syndicats du régime. Les capacités des groupes indépendants des organes de l’État étaient très limitées.

Est-ce que quelque chose de ces syndicats est resté pendant les décennies suivantes – sinon institutionnellement, alors comme une mémoire collective ? Y a-t-il des personnalités qui ont traversé les années 1980 et 1990 ?

Malheureusement, aucune institution n’a survécu et il ne reste pratiquement aucune mémoire collective des grèves et manifestations importantes qui ont eu lieu en Syrie dans les années 1970 et au début des années 1980. En 2011, la nouvelle génération de manifestants ne connaissait pas bien cette histoire. Elle était connue uniquement des générations précédentes, de ceux qui avaient participé à des mouvements et à des groupes de gauche. Beaucoup de militants autrefois renommés ont agi en tant qu’indépendants dans divers comités de coordination locaux et d’autres structures mises en place pendant le soulèvement. Nombre d’entre eux ont également pris part à la coalition de quatorze organisations de gauche et démocratiques, al-Watan, (La nation) qui réunissait des opposants chevronnés avec les jeunes générations. Mais en 2012, cette coalition a disparu, confrontée à la répression sévère de la majorité de ses membres.

Dans le nord de la Syrie, au cours des années 2000, des groupes kurdes ont été organisés sur le plan national et social. Pourquoi une telle différence avec le reste du pays ?

Il existe une longue histoire d’organisation politique et de résistance kurdes en Syrie. Le premier parti politique kurde en Syrie a été créé au milieu des années 50. Auparavant, la plupart d’entre eux appartenaient au parti communiste syrien, mais comme il était « nationaliste », il ne défendait pas leurs droits. À la veille du soulèvement, il y avait plus de dix partis kurdes, comme par exemple Yakiti, un parti très important créé dans les années 1990 par des Kurdes d’origine nationaliste de gauche. En 2004, les manifestations se sont propagées dans les zones kurdes autour de la Syrie. Ils s’organisaient sur la base d’opposition à la discrimination à laquelle ils étaient confrontés mais aussi sur des problèmes socio-économiques. Historiquement, les zones où vivent les plus grandes populations kurdes sont également les plus pauvres, bien qu’elles soient importantes pour l’agriculture et le pétrole. Le PYD (Parti de l’Union Démocratique) – le frère du Parti des travailleurs kurdes (PKK) a dès la fin des années 2000, commencé à abandonner le discours fondé sur les classes du PKK.

Si les classes populaires manquaient d’institutions propres, il restait des façons de penser collectives, y compris selon des lignes ethnolinguistiques et sectaires, qui se sont accentuées pendant la guerre.

Hafez a maintenu une certaine redistribution tout au long de son règne, mais cela a diminué au cours des années 2000, ce qui a entraîné une augmentation de la pauvreté. Dans le même temps, les identités et les relations « primordiales » se renforçaient, favorisées par le régime : relations tribales, regroupements autour de personnalités religieuses, entre autres, notamment parce que le retrait des services laissait de la place aux œuvres caritatives religieuses. Le sectarisme s’est construit au début du soulèvement, dans les régions mixtes. Les crimes du régime – en particulier dans la campagne de Hama et dans la région de Homs – ont nourri le processus. Il s’est également répandu grâce à la manière dont le régime représentait tout manifestant – même s’il n’était pas musulman – en salafiste, en tant qu’« extrémiste », pour faire peur aux gens et accroître le sectarisme. Nous ne devons pas non plus oublier comment le régime a libéré des prisonniers djihadistes au début du soulèvement, précisément pour donner au soulèvement une définition plus sectaire. La principale force à l’origine de la sectarisation dans la société syrienne était l’État ; cela ne veut pas dire que c’était le seul. Il suffit de regarder le début du conflit militaire entre le régime et les Frères musulmans à la fin des années 1970 et au début des années 1980. Les Frères ont utilisé le sectarisme pour se présenter comme le représentant de la communauté sunnite en Syrie. Cela n’a jamais fonctionné, car la communauté sunnite n’a pas une identité politique unique.

Si l’une des raisons de la résilience du régime est son recours à la « sectarisation » – suscitant des divisions politiques au sein de l’opposition – une autre est sa propre capacité à regarder au-delà des religions, des langues, etc. Nous pourrions citer, à titre d’exemple, ses relations avec les capitalistes sunnites au cours des années 2000.

C’est vrai. Il est faux de dire que c’est un régime alaouite, mais il compte une prépondérance de personnalités alaouites, en particulier dans les services de sécurité, dont les échelons supérieurs sont souvent directement liés à la famille d’Al-Assad. Mais s’il n’y avait que des alaouites, cela aurait disparu depuis longtemps – c’est pourquoi il est important de dire que c’est un État patrimonial qui doit utiliser divers outils de répression et divers types de réseaux, à la fois au- delà des différences sectaires.

Que dire du PYD et de la situation kurde ? De nombreuses tendances de la gauche anglophone voient dans le PYD le parti du parti progressiste, voire révolutionnaire. D’autres critiquent ses relations avec le régime et les États-Unis.

Rappelons-nous que le PYD n’était pas l’acteur principal dans la « rue kurde » au début du soulèvement – en fait, aucun parti kurde ne l’était. C’était principalement des réseaux de jeunes. Au sein de ce mouvement se trouvaient le parti Yekiti – déjà affaibli par des divisions – et le Kurdish Future Movement, un parti plus petit encore influent. Après 2011, il y a eu des comités de coordination locaux, organisés dans les régions kurdes, en collaboration, principalement dans les villes, avec d’autres ethnies, qu’elles soient arabes, assyriennes ou syriaques. Le PYD est vraiment devenu le principal parti politique kurde au milieu de l’année 2012, lorsque le régime s’est retiré de diverses régions. Le PYD a été autorisé à créer ses propres capacités politiques et militaires. Mais l’accusation selon laquelle le PYD est un « outil » du régime est fausse. Les deux acteurs ont collaboré à certains moments, mais cela ne s’est pas transformé en une relation à long terme. Le PYD voulait suivre une ligne indépendante du régime et de l’opposition. Comme je l’ai dit, bien qu’il y ait eu des accords entre les deux, le PYD n’est pas allié au régime. Un signe de cela est le refus persistant du régime de reconnaître les droits des Kurdes. Lorsque le régime a capturé Alep en 2016, il a progressivement repris les zones contrôlées par le PYD. Bashar al-Assad et d’autres responsables ont accusé le PYD d’être un « larbin des États-Unis » et déclaré qu’ils « l’écraseraient », considérant que Raqqa [l’ancienne capitale de Daesh, maintenant détenue par le PYD] était un territoire occupé. À Afrin, par exemple, les Russes ont poussé le PYD à conclure un accord avec le régime, affirmant que « si vous enlevez toutes vos armes lourdes et que vous vous rendez au régime, la Turquie ne viendra pas envahir cette zone ». Le PYD a refusé, et le résultat fut l’occupation turque d’Afrin l’année dernière. Même s’il y a maintenant des négociations, le régime a refusé toute sorte de conditions posées par le PYD pour le fédéralisme ou la décentralisation. C’est faux de dire qu’ils sont des alliés, même si à certains moments, il y a eu entente entre eux.

Qu’est-ce qui a motivé la Russie et l’Iran ‘intervenir pour défendre le régime ?

L’intervention officielle de la Russie a commencé en 2015, alors que des troupes sur le terrain aidaient déjà les services de sécurité du régime. Les forces soutenues par l’Iran – le Hezbollah et d’autres – voulaient préserver leurs intérêts géopolitiques. Nous comprenons l’impérialisme à la fois comme un intérêt économique et une géopolitique, ainsi que par leurs relations. Il est également important de se rappeler que cela est survenu après ce qui s’est passé en Libye. La Russie s’est sentie trahie par l’administration américaine, qui a déclaré qu’elle n’interviendrait à Benghazi que si les troupes de Kadhafi attaquaient la ville. Mais au lieu de cela, Washington a monté une intervention à part entière contre le régime, qui avait des liens économiques avec la Russie. Les possibilités iraniennes et russes en Syrie étaient également liées à l’affaiblissement de l’impérialisme américain dans la région, en particulier après la défaite en Irak, à la crise financière internationale de 2008 et aux soulèvements. Barack Obama ne voulait pas d’une nouvelle guerre en Irak en Syrie, mais plutôt d’une entente entre les partis au pouvoir et les oppositions conservatrices – généralement dans la mouvance des Frères musulmans. La Russie souhaitait préserver ses intérêts. Même avant 2011, la Russie souhaitait agrandir deux bases navales en Syrie. Pour l’Iran, c’est un peu différent. Elle doit préserver un itinéraire pour la livraison d’armes au Hezbollah au Liban. Plus généralement, sa stratégie consiste à rechercher une meilleure position pour négocier avec des acteurs plus puissants en agissant par sa capacité à causer des problèmes ailleurs. L’Iran tente de contrer toute menace émanant des États-Unis ou d’autres acteurs régionaux en déclarant : « Si vous nous frappez, nous pourrons contre-attaquer », que ce soit en Irak, en Syrie, au Liban, peut-être au Yémen, peut-être même par le biais du Hamas. avec sa nouvelle direction.

Avec la Russie, il s’agit de garder son principal allié ; pour l’Iran, il s’agit d’empêcher ce qui lui paraissait être la perspective inacceptable de la Syrie aux mains d’ennemis régionaux tels que l’Arabie saoudite.

Certains contestent la notion d ‘« impérialisme » russe et iranien en Syrie en invoquant la définition de Lénine de l’impérialisme, affirmant qu’elle se concentre plutôt sur l’exportation de capital. . .

L’intervention de la Russie a commencé pour des raisons géopolitiques plutôt que directement économiques : elle avait des intérêts économiques, mais ils n’étaient pas si importants. La même chose vaut pour l’Iran. En fait, les principaux acteurs investissant en Syrie avant la guerre étaient l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie. Si vous suiviez une lecture littérale de Lénine, ces pays auraient été les premiers à défendre l’État syrien. Au cours des six premiers mois, ces pays ont en effet tenté de rechercher une entente entre le régime et certains secteurs de l’opposition conservatrice, en essayant de calmer la répression, et ce n’est que [lorsque cela a échoué] qu’ils ont accordé un soutien à certains secteurs de la société. opposition – les plus réactionnaires. Maintenant, la Russie tente une sorte de restitution parce que la guerre était coûteuse en termes financiers, notamment en cherchant à contrôler les ressources naturelles. Mais, comme je l’ai dit, la reconstruction est difficile.

Quelles sortes de reconfiguration sont pensables maintenant ?

Le régime est à tous égards plus patrimonial – sa base sociale s’est rétrécie. Il est plus sectaire, plus tribal, plus clientéliste et plus capitaliste que jamais. L’importance croissante des rentes, du commerce et des services est un processus qui a débuté avant le soulèvement. L’économie de production a été très durement touchée et la part des salaires dans le revenu national est passée de 33% avant la guerre à 20%.

La nouvelle loi n ° 10, qui renforce les exigences des Syriens de prouver qu’ils sont propriétaires de leurs biens, pourrait avoir des effets importants.

La menace de dépossession de leurs maisons est réelle et ce n’est pas le seul moyen de déposséder des personnes, c’est un élargissement du décret n ° 66 promulgué en 2012. Ces lois ont deux objectifs. Premièrement, ils présentent des opportunités économiques, car de nombreuses terres deviennent disponibles. 30 à 50 % des logements en Syrie sont informels. Les gens ont laissé sans preuve qu’ils étaient propriétaires de zones ou de propriétés particulières – comment le prouver ? Et même si vous pouvez le prouver, vous devez craindre les mesures de sécurité, vous devrez peut-être payer une certaine somme d’argent, etc. Deuxièmement, ils ont aussi des motivations politiques ; ils visent à exclure les classes socialement dangereuses et les groupes socialement rebelles. Cela s’est en partie déjà produit à Basateen al-Razi à Damas, où les indemnités étaient très faibles – et cela concernait les personnes qui avaient les bons papiers, qui sont restées en Syrie.

Cette menace existe et, si elle est mise en œuvre à l’échelle nationale, pourrait être très dangereuse. En effet, les personnes qui rentrent font face à de multiples menaces – la menace que de jeunes hommes soient appelés ou emprisonnés. Même là où de prétendus accords de réconciliation sont en vigueur, des personnes sont tuées, comme ce fut le cas à Da’ra, où des officiers de l’armée et des personnalités appartenant à l’opposition sont pris pour cibles par les services de sécurité et d’autres.

Si votre région a été détruite, sur quoi pouvez-vous « revenir » ? En effet, il y a 5 à 6 millions de personnes déplacées dans la région qui ne peuvent pas retourner chez elles. Si vous regardez l’est d’Alep, c’est très détruit et les services de l’État sont très mauvais. Il en va de même à Ghuta Est, en dehors de Damas, où aucune reconstruction à grande échelle n’a eu lieu. À Homs, cela va aussi très lentement. Il y a toujours une crise économique et il n’y a pas de plan pour redémarrer l’économie. L’emploi dans l’État est limité aux familles des soldats et aux services de sécurité. L’inflation est également très élevée : le pouvoir d’achat réel des Syriens a considérablement diminué. En réalité, le régime ne veut pas que la grande majorité des réfugiés revienne.

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le lundi 2 décembre 2019