Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > International > Espagne

Espagne

Articles

Podemos : un outil politique capable de chasser le gouvernement dans quelques mois

Entretien. Militant à Madrid, Raul Camargo est membre de la direction du mouvement Anticapitalistas et de Podemos. Avec lui, nous revenons sur la grande manifestation de Podemos samedi 31 janvier et la politique des anticapitalistes dans l’État espagnol et au niveau européen.
Comment expliquer la réussite de la manifestation de Podemos à Madrid ce samedi ? La « Manifestation pour le changement » a réuni plus de 150 000 personnes, une majorité sociale travailleuse désireuse de chasser le gouvernement (...)

Lire la suite

Les chemins de Podemos

Héritier politique du Mouvement des Indignés, Podemos connaît une augmentation massive de la participation à ses cercles. Il constitue, de loin, la meilleure initiative de gauche radicale depuis des années dans l’État espagnol. Après débats, sa direction cherche à le convertir en un parti politique centralisé et hiérarchisé centré sur la préparation élections législatives de 2015 avec le leadership charismatique de Pablo Iglesias.

► La proposition que défendait l’équipe de Pablo Iglesias et qui a remporté une large majorité, s’évertue à faire de Podemos un instrument presque exclusivement orienté vers l’accès au gouvernement à l’automne 2015. Pour ce secteur, la crise politique actuelle ne peut pas se perpétuer indéfiniment et il faut profiter de cette « fenêtre d’opportunités » avant qu’elle ne se referme. Pour y arriver ils considèrent qu’une équipe de direction monolithique et sans contestation interne est une condition sine qua non. En découle leur proposition organisationnelle où la structure organisée de Podemos (les Cercles) ne joue aucun rôle. L’équipe de direction actuelle s’appuie sur le « bonus » de légitimité de leur leader auprès de la grande majorité des inscrits à Podemos ainsi que sur le contrôle de l’équipe de presse pour faire avancer ses propositions, en passant par-dessus ce que pensent les cercles.
Ce facteur est très important, parce que le noyau dirigeant actuel considère que son rôle est indispensable, pas seulement pour construire Podemos, mais pour gagner les élections. En conséquence sa permanence et sa prééminence dans la direction constituent en soi un facteur déterminant dans chacun de leurs raisonnements. Et pour gagner les élections, ils sont convaincus que le programme doit modérer ses premières formulations (celles qu’ils ont présentées lors des élections européennes) pour parvenir à gagner le centre et disputer au PSOE la gestion du champ social-démocrate. Leur position sur le gouvernement est similaire : le noyau de Pablo Iglesias considère qu’il est la seule équipe capable de garantir que sera mené à bien le projet social et politique de Podemos.
► Le projet alternatif, à la tête duquel se trouvent les eurodéputé•es Pablo Echenique, Teresa Rodríguez et Lola Sánchez, et autour duquel ont convergé plusieurs secteurs, défendait la nécessité de structures de Podemos de bas en haut, avec des organes de direction collégiaux et pluralistes. Il donnait plus d’importance au mouvement politico-social qu’à la formule purement électorale.

Lire la suite

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le samedi 21 septembre 2019