Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Communiqués, conférences, réunions > NPA national > La politique nucléaire de Macron finance la guerre de Poutine

La politique nucléaire de Macron finance la guerre de Poutine

Protestation lors de la remise du prix de la paix à E. Macron à Münster / L’Alliance des opposants au nucléaire dans l’Emsland (Atomkraftgegner*innen im Emsland, AgiEL) demande l’arrêt de la coopération avec l’entreprise nucléaire russe Rosatom / Le projet nucléaire franco-russe de Lingen est un risque pour la sécurité de toute l’Europe.

Par une poignée de main symbolique entre des militants figurant E. Macron et V. Poutine, les anti-nucléaires ont dénoncé mardi dernier 28/05 sur l’esplanade du LWL- Museum für Kunst und Kultur (coin Aegidiistr./ Rothenburgstr.) à Münster la politique de connivence du président français avec l’entreprise nucléaire Rosatom de Poutine. « La politique nucléaire de Macron finance la guerre de Poutine », avertissent-ils sur des banderoles en allemand, en exigeant : « Pas de liens commerciaux avec Rosatom ! » ou en français : « Macron, refusez la collaboration nucléaire avec la Russie ! » La raison de ces protestations est la remise du prix de la paix de Westphalie à Macron, précisément pour son prétendu « engagement infatigable » contre l’attaque russe en Ukraine.

Bettina Ackermann de l’organisation antinucléaire .ausgestrahlt commente : « Macron se laisse ici célébrer comme un prétendu combattant de la paix. Mais avec sa politique nucléaire, il finance l’attaque de Poutine contre l’Ukraine. Le fait que l’entreprise publique française Framatome entretienne des liens commerciaux avec l’entreprise nucléaire de Poutine Rosatom, y compris en Allemagne, est un scandale ».

Alexander Vent de l’alliance AgiEL - Atomkraftgegner*innen im Emsland ajoute : « À moins de 100 kilomètres d’ici, une entreprise d’État française ouvre les portes de l’usine nucléaire de Lingen au groupe qui construit les armes nucléaires de Poutine. Framatome laisse se construire des machines Rosatom et laisse apparemment des employés du Kremlin se lier avec ses propres collaborateurs lors de ’formations’ de plusieurs jours. Dans la perspective d’un éventuel espionnage et sabotage, c’est plus que naïf et cela constitue un risque pour la sécurité des installations nucléaires de toute l’Europe ».

Vladimir Sliviak, co-président de l’organisation environnementale russe Ecodefense, souligne : « Rosatom est un outil du Kremlin. Toute collaboration avec Rosatom profite à Poutine et accroît la dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie. Quand Macron en tirera-t-il enfin les conséquences ? »

Peter Bastian, de l’association Aktionsbündnis Münsterland gegen Atomanlagen, critique : « Aujourd’hui, Poutine gagne des milliards en vendant de l’uranium. Cela n’est possible que parce que Macron empêche toute sanction de l’UE contre le secteur nucléaire russe ».

Marion Rivet, porte-parole du Réseau « Sortir du nucléaire », souligne : « E. Macron tient une rhétorique belliciste vis-à-vis de la Russie, alors que dans le même temps l’industrie nucléaire française finance la guerre en Ukraine. L’idéologie nucléaire de Macron nuit aux peuples d’Europe, à commencer par l’Ukraine. Stop à l’hypocrisie ».

Cécile Lecomte, militante et lauréate du Nuclear-Free Future Award, Prix d’honneur Reconnaissance spéciale 2022 ajoute : « La politique de Macron soutient les dangereux plans nucléaires de Poutine. Le nucléaire reste une folie dans un monde géopolitiquement instable ».

Vous trouverez des photos gratuites de l’action sur https://cloud.ausgestrahlt.de/index.php/s/4pZNj2d59bJTHMo. En cas d’utilisation, veuillez mentionner l’auteur Arndt Hofmann.

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le vendredi 14 juin 2024